6 mandats d’élu maximum dans une vie

Le pouvoir corrompt et finit apparemment par rendre totalement incompétente la quasi-totalité des dirigeants français.

Il n’y a qu’à voir les exemples complètement grotesques de tous ces vieillards séniles qui font de « la politique » depuis 50 ans.
Toujours en train de retourner leurs vestes par petits calculs électoraux pour conserver leurs sièges avec très gros salaire net d’impôts et interminable liste d’avantages en nature, en primes, en compléments de retraite, etc…

Ils ne pensent qu’à eux.

Ces bons à rien n’ont jamais mis les pieds dans une entreprise et osent nous dire tout le temps comment faire, que l’on ne paye pas assez de charges, qu’il faut faire un effort…

Nous pouvons arrêter ce cirque et assainir presque immédiatement la vie politique en un seul référendum.
Il suffit de demander au peuple de limiter le nombre de mandats d’élus sur toute une vie.
6 mandats au maximum me semble être une limite idéale.

Les bons à rien qui ne sont que des noms sans idées ne pourront plus se représenter pour continuer à nous parasiter. Ceux qui ont des idées pourront enfin avoir leur chance.

 

La politique est du temps consacré à l’intérêt général, pas à piller tout le monde.

 

3 comments

  1. Raynote dit :

    Six mandats, ça me semble déjà beaucoup! En gros, ça veut dire pas loin d’une trentaine d’années en politique, c’est énorme!

    • Alexandre dit :

      Non parce que beaucoup de mandats sont cumulés. Donc, en pratique c’est plutôt une loi qui ferait que presque personne ne puisse passer plus du quart de sa vie active à squatter les places du pouvoir pour se remplir les poches, sans rien connaitre de la vraie vie.

  2. Lancelot dit :

    (Simple suggestion)

    MANDATS ÉLECTORAUX :

    I. Pour les maires et leurs adjoints, les élus des Communautés de communes, ainsi que les élus territoriaux des régions et départements:

    1. Interdiction de cumul via simultanéité de différents mandats.

    2. Interdiction de briguer plus de trois mandats consécutifs en occupant une même fonction.

    3. Limitation du nombre total des mandats à six.

    II. Assemblée nationale – Principe de la réforme :

    A. Interdiction du mandat représentatif.

    B. Participation des citoyens volontaires au processus législatif via le principe du mandat impératif, sous réserve expresse de justifier d’un casier judiciaire vierge ;

    1. Les émissaires composant l’Assemblée nationale sont tirés au sort parmi une liste de citoyens candidats volontaires. Leur mandature est limité à une durée de 24 mois maximum. Il est unique.

    2. Les émissaires restent révocables à tout moment par simple pétition provenant de leur circonscription recueillant au moins 10 000 mille signatures, au motif justifié qu’ils ne satisfont pas pleinement aux qualités intellectuelles ou humaines requises.

    3. Les émissaire sont soumis à une entière transparence fiscale.

    4. Leur nombre et leur répartition épouse celui des circonscriptions ; il ne peut excéder cinq cent soixante-dix-sept.

    5. Ils bénéficient d’un local de permanence équipé d’un secrétariat et d’une assistance juridique.

    6. Les émissaires sont chargés de s’enquérir des doléances publiques, de traiter les pétitions des citoyens, de relayer et d’instruire les textes correspondant aux besoins et nécessités, de les soumettre aux débats de l’Assemblée nationale.

    7. Leur indemnités sont fixées à trois fois le montant de leurs revenu annuel imposable, montant calculé sur la base d’une moyenne des trois dernières années, avec pour limite d’indemnisation un plafond de 14 000 euros mensuels.

    8. Le président de l’Assemblée nationale est tiré au sort parmi les Émissaires.

    9. Le mandat du président de l’Assemblée nationale est limité à une durée de 12 mois maximum. Il est unique.

    10. Le président de l’Assemblée nationale reste révocable par ses pairs sur simple vote à main levée réunissant la majorité des voix. Ce vote de confiance, ou de défiance, est obligatoire chaque premier jour de séance du mois, et est organisé à tour de rôle par un émissaire suivant l’ordre alphabétique des siégeant.

    11. Le président de l’Assemblée nationale bénéficie d’un appartement de fonction et d’une administration qui veille à l’avancement prompte des dossiers juridiques ainsi qu’à à la bonne tenue de l’Assemblée.

    12. Le président de l’Assemblée nationale sanctionne l’absentéisme des siégeant par la révocation pure et simple.

    13. Le président de l’Assemblée nationale délègue le ministère de sa circonscription aux soins de son suppléant.

    14. Les séances de l’Assemblée nationales sont filmées et mises en ligne sur un site internet spécialement dédié à cet effet.

    Le compte rendu intégral des débats est publié au Journal officiel.
    L’Assemblée Nationale met en ligne un site dédié aux suggestions, remarques, propositions et griefs du public.

    III.

    Les mandats de sénateurs sont supprimés.

    IV.

    1. Le mandat du président de la Démocratie française couvre une période de cinq années.

    2. Le président de la Démocratie française ne peut briguer plus de trois mandats consécutifs.

    3. Le président de la Démocratie française ne bénéficie d’aucune immunité spéciales.

    4. Le président de la Démocratie française reste passible du chef d’inculpation de Haute trahison de l’Etat. La durée de prescription du dit crime est de trente ans.

Laisser un commentaire