Interdiction des entreprises de plus de 150 employés

A soumettre à référendum national.

150 c’est déjà énorme et plutôt rare, puisque l’essentiel du travail en France dépend d’entreprises de très petites tailles, bien en-dessous de 20 personnes.

Les millions d’exclus du marché du travail ne le sont pas seulement à cause d’une taxation confiscatoire démotivante sur les salaires et les entreprises. Les énormes structures de plusieurs milliers de personnes ont aussi une grosse responsabilité.
Une chaine géante de supermarchés crée un monopole qui détruit des centaines de petits commerces autour en mettant des milliers de français dans la précarité.

Cette loi a plusieurs objectifs visant à protéger massivement les emplois français.
Par exemple en empêchant les liquidations massives avec des milliers de chômeurs d’un coup dans des plans sociaux en cas de faillite.
Plusieurs petites structures résistent énormément mieux que des énormes choses figées. Elles sont plus adaptatives et réactives.
On voit trop souvent l’exemple lamentable de syndicalistes qui ne connaissent même pas l’entreprise, qui se permettent d’ouvrir grand leurs gueules de fanatiques parasites déconnectés des réalités, qui font capoter les négociations d’entreprises.
Cela ne sera plus possible si presque toutes les entreprises sont des petites structures. Les négociateurs seront des membres du personnel, qui donc connaitront parfaitement les réalités, les conditions, les faits.

Un grand nombre de petits commerces entraine un grand nombre d’emplois dérivés et de sous-traitants, comme pour le transport, la vente, la maintenance, la sécurité…
Les très grosses entreprises en faisant tout elles-mêmes aboutissent à une destruction considérable des emplois.
Les millions de chômeurs sont en partie une conséquence du toujours plus grand, plus international, qui s’écroule partout.

 

Laisser un commentaire