Interdire l’implantation de puces RFID dans le corps des français

Pour pouvoir implanter dans un corps humain une puce RFID, chaque intervenant, chaque maillon de la chaine, c’est à dire la personne qui implante, l’entreprise qui fabrique, l’entreprise ou l’organisation qui demande ou propose l’implantation pour différents motifs,
tout le monde doit avoir une assurance couvrant les risques de maladie, invalidité, mort, liés aux puces radio. Les assurances obligatoires devront couvrir le risque financier d’une invalidité à vie, les frais d’obsèques et tout et tout.

Les statistiques sur les animaux montrent que des cancers apparaissent très fréquemment à l’endroit précis où se trouve la puce électronique.

J’ai moi-même eu un chiot joueur et en parfaite santé qui s’est laissé mourir sans quitter son panier juste après l’injection d’une puce d’identification qui remplace maintenant les tatouages.
Deux semaines plus tard, la puce lui a été retirée par chirurgie. Deux heures après l’opération, le chiot qui était mourant courrait à nouveau partout en jouant.

Ces puces peuvent tuer ou handicaper.

Il n’est pas naturel de se les mettre sous la peau.

Ceux qui veulent le faire doivent présenter la preuve que tous les intervenants sont chacun assurés pour tous les risques.
Pas besoin d’interdire purement et simplement.
Vu le prix de telles assurances, redondantes, presque personne ne pendra le risque de se faire implanter ces machines à ondes directement près du système nerveux.

 

One comment

  1. xiphias dit :

    Il est plus simple d’interdire le marquage des personnes de quelques manières que ce soit, la limitation des puces RFID est trop restrictive et autorise de fait tout les autres types de marquages. Cela étant il pourrait être autoriser le marquage des personnes à risque: récidivistes, pédophiles, violeurs, toutes personnes ayant commis des crimes.

Laisser un commentaire