Rassembler

Les politiciens en sont au point de vouloir imposer le vote obligatoire sous peine d’amende de 35 euros, pour se donner une apparence de légitimité, en semblant élus massivement.

Pourritures.

Le problème, c’est eux. C’est leurs idées. C’est à dire leur manque quasi-total d’idées.
Ils ne pensent qu’à trois choses :
– Plus d’impôts, toujours plus d’impôts !,
– Plus d’Europe, des « lois » décidées à des milliers de kilomètres sans vote pour toujours moins de pouvoirs au peuple,
– et insulter et agresser pour faire taire ceux qui sont victimes des conséquences de l’immigration beaucoup trop massive qu’ils nous imposent.

Ils dressent les uns contre les autres pour masquer leur incompétence et leurs crimes en profitant du chaos.
Ils divisent tout le monde.
Dans les entreprises, les usines, les exploitations agricoles, les patrons asphyxiés d’impôts se disputent avec les travailleurs précaires couverts de dettes.
C’est comme ça pour tout, dans tous les domaines de la société, dans toutes les fonctions, dans chaque hiérarchie, plus rien ne va,
à cause des politiciens qui se mêlent de tout et cassent tout ce qui marchait.

 

En fait, les politiciens ont surtout réussi un exploit : ils ont créé le plus grand parti de France, celui des abstentionnistes et du vote blanc de rejet total.

La plus grande force en nombre de toute l’histoire de notre pays.

Des gens qui bouillonnent de ne pas pouvoir agir, construire, investir, entreprendre, sans que les politiciens ne leur volent tout pour loger et soigner des envahisseurs roms ou des musulmans intolérants incapables de s’intégrer qui n’apportent que de l’insécurité, énormément de mauvaises dépenses, des humiliations, des menaces…

Le peuple ne peut même plus dire ou écrire ce qu’il pense, tout ce qui est opposé au gouvernement et à ses décisions grotesques ou suicidaire devient un délit condamnable de plusieurs années de prison et de dizaines de milliers d’euros d’amendes.

Le peuple est obligé d’être inactif, rumine sa frustration et est prêt à exploser.

Parfait.

Vous êtes dans l’état qu’il faut pour changer les choses avec très peu de blablas en mettant quelques coups de pieds aux culs, si besoin.

Nous avons le nombre.
Nous sommes plusieurs dizaines de millions d’exclus, à cause de seulement quelques uns.

La différence de nombre ne fait aucun doute sur qui va gagner si les choses doivent encore dégénérer, si on les laisse faire…

 

Alors maintenant on va se rassembler.
Il suffit d’une seule règle. Peu importe tout ce qui nous oppose, nos différences, nos revenus, nos couleurs, il y a une évidence : si le bateau France finit de couler, on va tous encore plus souffrir.
Alors la règle, la voici :

Notre intérêt général passe avant les privilèges de quelques minorités.

Laisser un commentaire